You are here
Home > Actualités > Blockchain et la sécurité des données de santé

Blockchain et la sécurité des données de santé

Directeur social | connected-mag

90% des cyberattaques par rançongiciel dans le monde lors du dernier trimestre 2016 ciblaient les établissements de santé https://www.lexsi.com/securityhub/ransomware-a-bonne-sante/. La chaîne de blocs, ensemble de bases de données décentralisées infalsifiables et pseudonimisées, semble offrir un remède à la vulnérabilité des données de santé tout en garantissant la transparence de leur utilisation. L’idée fait aussi son chemin auprès des sociétés de télécommunications qui voient dans cette technologie une solution à l’enjeu de sécurité des données en réaction à la cyberattaque mondiale du 12 mai (http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/government-cuts-put-nhs-risk-10565402) qui a mis en danger la sécurité des patients. Paradoxe ou miracle de la technologie ? Cette solution est-elle juridiquement viable au regard des multiples référentiels et du règlement européen sur la protection des données à caractère personnel ?

Le droit et les chaînes de blocs

L’absence de cadre juridique ad hoc concernant la chaîne de blocs ne fait pas de cette technologie une zone de non droit, bien au contraire. L’exigence de sécurité des données de santé est avant tout une obligation légale quelle que soit la technologie employée et quelle que soit sa modalité (publique, privée ou de consortium, en vertu du principe de neutralité technologique). L’ampleur de l’effet produit par le rançongiciel WannaCry a mis en lumière le défaut de sécurité des infrastructures touchées alors qu’elles sont tenues de respecter de multiples référentiels en la matière.

> en savoir plus

Top